Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 14:38

 

 

           Forme musicale: Ballet

 

 

                             dyn006 original 800 532 pjpeg 2652665 ba5ef29a2cefcda84c960                      

                                                               

   Manuel de Falla a composé L'Amour

                                                           

 sorcier en 1914-1915 pour répondre à la 

                                                         

 commande d'une célèbre danseuse de 

 flamenco, Pastora Imperio, qui lui avait

                                                      demandé une "gitanerie musicale".

           

                                                   

  Ce ballet-pantomine fut révisé pour                                                          orchestre symphonique et mezzo- soprano en 1916. En 1925, L'Amour sorcier est transformé en ballet, certaines parties chantées sont supprimées et d'autres remplacées par des parties instrumentales. 

 

  L'Amour sorcier est l'histoire d'une jeune gitane, Candelas, jeteuse de sorts, hantée par un ancien amour qui surgit chaque nuit comme un spectre et qu'elle cherche à exorciser: étrange symphonie des ténèbres venue du fond des temps et de l'inconscient. Cette page obscure et envoûtante comme un feu follet fit le tour du monde, grâce à La Danse rituelle du feu, page la plus connue de ce ballet.

  Dans la version "ballet" de 1925, le spectre de l'amant mort surgit chaque fois  qu'un autre tente de prendre sa place. Le charme maléfique sera rompu définitivement lorsque Candelas, qui aime le jeune Carmelo, sera parvenue à détourner l'attention jalouse du Revenant vers une autre jeune  fille.

 

   Danse rituelle du feu (Danse de la fin du jour)                                                                

         

   Page célèbre trop souvent isolée du contexte, La Danse rituelle du feu, est une danse rituelle, une musique de transe et d'incantation.

   A minuit pour chasser les mauvais esprits, les gitans allument un grand feu et dansent. M. de Falla a traduit cette scène de façon particulièrement évocatrice. Sa musique suggère le mystère, le mouvement l'agitation les cris. On imagine les ombres des danseurs évoluant autour des flammes.

   Les cordes tracent frénétiquement les contours mélodiques dépeignant la puissance hypnotique et fascinante des flammes, confondus avec la magie torturée de la danse et des sortilèges gitans.   

   L'ajout progressif de lignes se superposant les unes aux autres -trilles, martèlement des violoncelles en pizzicati, mélodie mauresque du hautbois (reprise aussitôt par les violons)- installe dès le début une atmosphère surnaturelle et envoûtante.

  Les répétitions formelles et la danse qui suit une structure en deux strophes fondées sur le même scheima AA' BC, ne font qu'entretenir dans le temps la fantasmagorie.

   Deux thèmes de caractères différents composent cette "danse".

   

   Le premier au caractère nettement orientalisant, est confié aux hautbois et ne semble qu'une reprise contractée, hallucinée, de la mélodie apparue lors de la scène d'exposition. Cette même phrase mélodique est reprise par les violons.

   Le deuxième thème s'appuie sur une rythmique tranchée et consiste en quatre notes tournant autour de la dominante de do (sol).                                               

                                                                               

Partager cet article

Repost 0
Published by Méditangotrio
commenter cet article

commentaires

UnknownFromPluto 11/12/2011 22:32

Si cela vous intéresse, voici ma petite version piano solo. Désolé pour le côté kitsch(issime) de la vidéo, j'ai fait un montage avec la version turque de l'exorciste (cela reste "pour chasser les
mauvais esprits")...

mais plus sérieusement, j'ai vraiment interprété cette danse rituelle en essayant de respecter l'esprit initial.

http://www.youtube.com/watch?v=o6ndXG2YlFY&feature=plcp&context=C2f217UDOEgsToPDskJ-tKJazS3Ni3BvgWWdsr08

Présentation

  • : Le blog de Méditangotrio
  • Le blog de Méditangotrio
  • : Fondée pour proposer, autour de l’œuvre d’Astor PIAZZOLLA « Las cuatro Estaciones » (« Les quarte Saisons » ), un programme festif, mariant musique populaire et musique savante -œuvres de musique Espagnole, « classique » -airs extraits du folklore Sud-Américain - les opus tanguistiques donc, aux couleurs douces-amères: frissons nostalgiques traversés de secousses rythmiques, de riffs quasi éruptifs : le tango transcendé par le génie de Piazzolla. Musiques de D
  • Contact

Profil

  • Méditangotrio
  •       LE MEDITANGO TRIO
      Flute/ Violoncelle/ Piano           
 
Une formation originale, mêlant vent et cordes
  • LE MEDITANGO TRIO Flute/ Violoncelle/ Piano Une formation originale, mêlant vent et cordes

Texte Libre

Recherche

Liens